Où mettre son Mobil-home toute l’année ?

131
Partager :

Le décret d’application de la loi ALUR Loi ALUR : Chalets et mobil-homes du 27 avril 2015 est entré en vigueur le 1er juillet 2015. Précise les conditions d’exploitation des résidences récréatives légères et des résidences de loisirs mobiles ou plus simplement, des chalets et des mobil-homes…

À Pénestin, sur la côte bretonne, des parcs de loisirs résidentiels ont été créés pour accueillir les propriétaires de parcelles privées qui ne pouvaient construire sur leur terrain dans un espace naturel. Les campeurs et les caravanes ont été autorisés à créer leur stand converti, chalet ou mobile home jusqu’à 46 m² pour un coût de connexion réseau d’environ 3 000 euros.

A voir aussi : Comment calculer le rendement locatif ?

Dans le jargon administratif, ces installations sont appelées Habitations Light Recreation — HLL. Malheureusement, pour ceux qui sont arrivés en retard pour déposer leur permis de construire, il est trop tard. Le juge administratif interdit la délivrance de permis considérant que ces parcs violaient la loi côtière ! En l’espèce ci-dessous, la Commune a interjeté appel…

Depuis lors, l’ordonnance d’ exécution de l’ALUR est en vigueur et s’appliquera à eux.

A voir aussi : Quelle assurance habitation pour une résidence secondaire ?

Le décret s’adresse, d’une part, aux maisons de loisirs légères — HLL, et d’autre part aux résidences de loisirs mobiles — RML.

En ce qui concerne les autorisations administratives à appliquer ( permis de construire, déclarations préalables ou exemptions ), nous vous invitons à lire l’article : Chalets, mobil-homes et autorisations.

Loi ALUR et HLL — Maisons de loisirs légers aussi appelés cabines

La commande spécifie qu’il est possible d’implémenter des HLLs dans :

  • Parcs de loisirs résidentiels spécialement conçus à cet effet,
  • villages de vacances classés comme hébergement léger (selon le code touristique),
  • les locaux des maisons de vacances familiales approuvées (conformément au code du tourisme),
  • campings régulièrement créés.

Leur nombre est limité :

  • Moins de 35 HLL dans un camping avec moins de 175 emplacements
  • Moins de 20 % de sa capacité dans un camping avec plus de 175 emplacements.

ALUR Law et RML Mobile Leisure Residences aussi appelées mobil-home

Articles R 111-41 et 42 du Code de l’urbanisme

Le décret précise qu’il est possible de mettre en œuvre ces maisons mobiles dans :

  • Parcs de loisirs résidentiels,
  • Villages de vacances classés comme logements légers (selon le Code du tourisme),
  • Les campings régulièrement créés,

Leur nombre est limité au nombre de sites existants dans la structure.

Exclusion des campings déclarés et des aires de camping naturelles

Les chalets et les mobil-homes ne peuvent être situés ni dans des campings déclarés (moins de 6 parcelles, moins de 20 personnes logées) ni dans des aires de camping naturelles.

Les aires de camping naturelles sont réservées à l’accueil des tentes, caravanes et camping-cars, dont la durée d’exploitation ne dépasse pas six mois par an, continue ou non.

Décret du 27 avril 2015 sur la loi ALUR

Voyez comment la théorie et les textes sont confrontés à la pratique. Depuis des années, il y a beaucoup de « campeurs sédentaires » dans les caravanes et les mobil-homes, qui trouvent une solution financière pour les situations d’urgence en matière de logement. Situations qui ne sont pas vraiment en accord avec les notions de loisirs ou de vacances.

  • Le décret n° 2015-482 du 27 avril 2015 contient diverses mesures pour mettre en œuvre la loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 sur l’accès au logement et le renouvellement de l’urbanisme en raison de certaines mises à jour et corrections à apporter dans le cadre de la loi foncière. Les dispositions du présent décret s’appliquent à partir du 1er juillet 2015.

Partager :