Définir les compétences nécessaires pour une contre expertise incendie

62
Partager :

La notion de contre-expertise intervient dans un contexte post-sinistre. D’ailleurs, on définit la contre-expertise comme étant l’action d’être représenté et défendu par un expert d’assurance pour un incendie. Cet expert appelé contre-expert ou expert privé défend donc les intérêts de l’assuré contre la compagnie d’assurance. Comment se déroule la contre-expertise d’un incendie ? Quelles sont les compétences nécessaires ? Voici de quoi vous apporter des réponses.

Quelles sont les différentes étapes d’une contre-expertise incendie ?

On peut compter quatre principales étapes pour une contre-expertise incendie. Les voici.

A lire aussi : Comment déboucher des toilettes avec du Destop ? L'astuce qui tue

L’analyse du contrat d’assurance

Pour que l’expert d’assuré soit véritablement efficace, il lui faut d’abord consulter le contrat d’assurance. Cela lui permet de prendre contact avec les conditions générales et les différentes clauses du contrat. Dès lors, il pourra analyser vos droits ainsi que vos indemnités. Le contre-expert pourra maintenant vous prodiguer des conseils administratifs et programmer une visite pour un état des lieux.

Établissement de l’état des lieux de toutes les pertes

Au cours de la première visite du contre-expert sur les lieux de l’incendie, ce dernier recense l’entièreté des dégâts. Lorsque l’expert indépendant finit son inventaire des pertes subies, il doit faire comprendre à l’assuré les étapes restantes. Il s’agit de toutes les démarches qu’il faudra entamer par la suite jusqu’à l’indemnisation.

A voir aussi : Mauvaises odeurs dans la salle de bain : d'où ça vient ?

Montage du dossier

À cette étape, le contre-expert monte un dossier et commence à préparer votre défense. Il regroupe ensuite la totalité des documents ainsi que des preuves indispensables pour maximiser vos chances. En effet, plus le dossier est bien construit, et plus vite l’assureur pourra accepter le montant d’indemnisation. Cela vous permet de vite entrer en possession de votre indemnité. Ainsi, une fois que le dossier est prêt, votre expert doit arranger un rendez-vous avec l’expert de la compagnie d’assurance.

L’étape de la négociation et de l’indemnisation

Durant cette dernière phase, les deux experts doivent se rendre de nouveau sur les lieux de l’incendie pour la négociation. Devant l’expert de l’assureur, l’expert privé devra défendre votre dossier afin de réussir à obtenir les meilleures indemnités possibles. Lorsque l’accord est signé, il lui revient encore de le suivre jusqu’au versement de la somme convenue.

Quelles sont les compétences indispensables à une contre-expertise incendie ?

Pour arriver à l’indemnisation, il existe un grand nombre de petites phases à franchir d’abord. En tant qu’assuré, vous devez d’abord faire recours aux intervenants clés d’une contre-expertise incendie.

Un contre-expert ou un cabinet de contre-expertise

Lorsque des dégâts causés par un incendie surviennent, il est primordial de trouver un bon spécialiste pour conduire le dossier. Que ce soit le cabinet ou le contre-expert, ils doivent posséder des qualifications ainsi qu’une expérience bien assise. Ils sont des spécialistes du domaine et à ce titre, ils doivent fournir des comptes rendus complets et détaillés. Ces derniers doivent porter sur l’état des lieux.

Par ailleurs, l’expert indépendant a pour devoir d’éclairer l’assuré sur ces droits comme stipulé dans le contrat d’assurance. Pour effectuer le choix du contre-expert, l’idéal est de recourir à une entreprise ou à un expert privés. Vous pouvez également faire appel à un professionnel du secteur assurantiel.

Vous devez faire attention à leur réputation et vérifier si leur expertise est bel et bien avérée. En outre, vous avez totalement le droit d’interroger l’expert sur ses pratiques, son expérience ou encore sa spécialité.

L’expert de la compagnie d’assurance

C’est lui qui est d’ailleurs à la cause de la contre-expertise. Il est chargé de faire une constatation des dégâts subis et d’en évaluer le préjudice. Cela lui permet de faire une certaine proposition d’indemnisation. C’est lorsque vous estimez que ce montant ne reflète pas les dommages que vous avez subis qu’intervient la contre-expertise.

Le troisième expert

Dans le cas où les deux experts n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente, il faudra recourir à un troisième. Les honoraires de celui-ci sont aux frais des deux parties. Le troisième expert étant neutre, il fera également son rapport et décidera d’un montant d’indemnisation.

Un Tribunal de Grande Instance

Si les deux premiers experts ne s’entendent pas sur le choix du troisième, alors le tribunal peut en désigner un. De plus, vous pouvez estimer qu’aucun des trois experts n’arrive à répondre convenablement à votre demande. Dans une pareille situation, vous pouvez recourir à un tribunal. Même s’il vous faut des motifs sérieux, valables et légitimes.

Partager :